Objectifs de Développement Durable 2018-10-12T14:40:46+00:00

Version pdf mise en page: cf Manuel jeu ODD fr web (p. 5 à 9)

Introduction

1. Que sont les Objectifs de Développement Durable ?

L’agenda 2030 de l’ONU – ou Programme de développement durable à l’horizon 2030 – a été adopté par tous les Etats membres de l’ONU dont la Belgique à New-York le 25 septembre 2015. Ce programme et ses 17 Objectifs de Développement Durable (SDGs en anglais) est le fruit d’un long processus participatif au niveau international :

  • En 1992, la conférence de Rio consacre la notion de développement durable, définie dans le rapport la Commission Bruntlandt en 1987 : «Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir[1]. »
  • De 2000 à 2015, les 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)[2]ont visé à réduire l’extrême pauvreté, principalement les pays du Sud.
  • En 2012, à Rio+20, la communauté internationale a commencé à faire le bilan de ces OMD et à imaginer la suite : des objectifs à l’horizon 2030, plus complets et universels pour impliquer l’ensemble des pays-membres de l’ONU, tout en reconnaissant leurs responsabilités communes mais différenciées.
  • En septembre 2015, les Etats-membres ont adopté les 17 Objectifs de Développement Durable à l’Assemblée Générale des Nations Unies à New-York. Depuis, chaque année en juillet, des délégués des Etats signataires se réunissent à New-York sous la houlette du High Level Political Forum (HLPF) pour évaluer la mise en œuvre de ces ODD. Certains y présentent leur « rapport national volontaire », ce qu’a fait la Belgique en 2017, après une concertation incluant les différentes entités fédérées et une consultation de la société civile.

2. Qui met en œuvre les Objectifs de développement durable en Belgique ?

Chacune et chacun peut contribuer à atteindre les ODD. Mais il est important que les efforts des individus et des collectivités soient concertés, coordonnés et valorisés depuis le terrain local jusqu’au plus haut niveau. Comment s’organise-t-on en Belgique ?

A.     Pouvoirs publics

Chaque niveau de pouvoir a la responsabilité de contribuer à un développement durable.

Au niveau national, le dialogue et la coopération entre l’autorité fédérale et les entités fédérées en matière de développement durable se déroulent au sein de la Conférence interministérielle pour le développement durable (CIMDD). La Stratégie nationale de développement durable, préparée au sein de cette instance, est un instrument important de la mise en œuvre belge du Programme DD 2030. Elle reflète la vision élaborée conjointement par les différentes autorités fédérales et fédérées.

Au niveau fédéral, le suivi de la mise en œuvre des 17 ODD est assuré par des services publics fédéraux chargés par la loi du 5 mai 1997 de coordonner la politique fédérale de développement durable (DD) :

  • CIDD: la Commission Interdépartementale pour le Développement Durable rassemble les représentants d’administrations publiques fédérales et régionales, responsables d’élaborer,  mettre en œuvre, alimenter et évaluer la politique fédérale de DD.
  • Bureau Fédéral du Plan: élabore plans et rapports DD.
  • CFDD: au sein du Conseil Fédéral du Développement Durable, les partenaires sociétaux (entreprises, syndicats, ONG de développement et d’environnement) se concertent et formulent des avis sur les politiques DD.
  • L’IFDD (Institut Fédéral pour le Développement Durable) est l’administration qui assiste le gouvernement fédéral belge dans l’élaboration et la mise en œuvre des choix politiques en matière de développement durable.

Au niveau des communautés et régions, chaque entité dispose de compétences en matière de développement durable et la plupart ont adopté des stratégies de développement durable.

B.      La société civile

La société civile, c’est d’abord vous, en tant que citoyen.ne.s, dans le cadre de votre travail ou de vos autres activités. Afin de vous représenter au mieux, le monde associatif s’organise en plateformes. En Belgique, Perspective 2030 réunit les ONG et syndicats néerlandophones et francophones, pour le suivi des ODD. Associations 21 (associations francophones dédiées au développement durable) en fait partie et assure le relais entre le plaidoyer de Perspective 2030, et les animations Cap 2030 (exemples de plaidoyers).

Annoncer la Couleur et toutes les ONG actives dans le secteur de l’éducation à la citoyenneté mondiale, s’inscrivent également dans le cadre des ODD.

The Shift, regroupe des entreprises, associations et institutions académiques belges pour booster la transition vers une société et une économie plus durables.

  1. Enjeux politiques des ODD

Les Objectifs de Développement Durable sont désormais intitulés en anglais “Global Goals” et non plus “Sustainable Development Goals”, pour faciliter l’appropriation par un très large public.

La société civile adhère à cette vision, tout en pointant l’ambition transformatrice qui figure dans le titre même du Programme de développement durable à l’horizon 2030, “Transformer notre monde”[3]. Cette ambition ne doit pas être oubliée derrière le « green washing ».

La société civile souligne aussi les contradictions et conflits que sous-tendent les ODD, vu les mesures radicales qui s’imposent pour les atteindre d’ici 2030 :

  • Une absolue réduction des inégalités et une justice sociale mieux assurée au travers de différentes politiques publiques (sécurité sociale, justice, fiscalité, enseignement et éducation, santé, accueil des toutes les populations…) : les plus nantis ne partagent pas volontiers !
  • Un changement du paradigme de la croissance économique pour respecter les limites des écosystèmes : ce n’est pas encore le discours dominant !
  • Désinvestissement des énergies fossiles, mobilité douce, limites à la surconsommation, protection de la biodiversité : qui aura le courage politique de le faire ? Et vous, citoyen.ne.s, soutiendrez-vous les décisions et réalisations en ce sens?

Même si l’on ne partage pas en tout point la formulation des 17 ODD et de leurs 169 sous-objectifs et moyens de mise en œuvre, n’oublions pas qu’ils sont le fruit d’un consensus international et offrent une analyse systémique et transversale à la portée de toutes et tous.

Dans le préambule à la déclaration qui introduit les 17 ODD dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030, il n’y a plus seulement 3 P (people, planet, prosperity) mais 5 P, avec “paix” et “partenariat”. En effet, pas de développement durable sans paix, et pour y parvenir, les partenariats sont indispensables. Sous quelle forme et dans quelles conditions ? La déclaration adoptée aux Nations Unies pointe en tout cas une condition sine qua non : “ne laisser personne de côté”

[1] Synthèse historique et liens vers les documents en français https://www.unric.org/html/english/library/backgrounders/sustdev_french.pdf

[2] http://www.undp.org/content/undp/fr/home/sdgoverview/mdg_goals.html

[3] http://unctad.org/meetings/fr/SessionalDocuments/ares70d1_fr.pdf – Résumé: https://www.unssc.org/sites/unssc.org/files/2030_agenda_for_sustainable_development_kcsd_primer_fr.pdf

imprimer